4 janv. 2018

L'étranger (Texte)







L’étranger


Cooper est pensif, assis en haut de cette pyramide de Khéops, face à celle de Khéphren, rayonnante du feu de Ra, toujours présent, inondant la plaine désertique du monde égyptien, tandis qu’il songe à sa mystérieuse rencontre. Il regarde vers l’entrée de la cavité. Peut-être va-t-elle surgir ? Il avait couru de toutes ses forces, gravit les immenses marches minérales craignant de sentir ses doigts éthérés se poser sur ses épaules lorsqu’elle l’avait surpris au creux de la pyramide.
Lui, l’égyptien d’adoption, l’archéologue étranger, dont la tête est habillée d’un turban blanc et le corps vêtu de bleu, n’aurait jamais imaginé qu’une déesse si ancienne puisse entrer en contact avec lui.
Maintenant il est là, face au soleil africain, il a peur et en même temps, n’aspire qu’à se retrouver de nouveau face aux yeux verts et mystérieux de la sublime Isis.
Le soleil rougeoyant se couche lentement. Il a attendu, perdu dans ses pensées, que la pénombre s’installe sur le désert doré. Il se lève et saute de pierre en pierre pour descendre de l’édifice sacré.
En se dirigeant vers Le Caire, il perçoit sa subtile présence le suivre. Une odeur de musc et de myrrhe embaume la nuit et ses vêtements de lin. Les lumières de la ville le guident. Cooper marche d’un pas souple et sûr, le chant des grillons du bord du Nil l’accompagne jusque dans les rues. Un chat passe entre ses jambes. Est-ce un signe ? Il croise des humains, ombres muettes urbaines mais ses yeux ne cherchent que l’invisible, attendant le signe divin.
Lorsqu’il arrive enfin chez lui, il allume les bougies des lanternes de son petit jardin, son Eden, puis celles de ses escaliers menant à la terrasse sur le toit et dans la chaleur du soir, il s’assoit sur le rebord du muret pour observer la lune, pleine ce soir. Des ibis en ombres chinoises passent dans le ciel. Il les suit du regard et dans le bleu de la nuit voit apparaitre deux yeux dessinés par des étoiles.
Surpris, il cligne les siens et comprend que la déesse veille sur lui, qu’elle l’accepte en son monde ancien et présent, que l’Egypte est maintenant son chez lui.

Claudine Mistral
Auriol, 04 janvier 2018

15 déc. 2017

Calendrier de l'Avent poétique (Texte)



1
Légère neige
Duvet blanc et soyeux
Je rêve éveillée


2
Plume légère
Mélodieux chant d'hiver
Je m'émerveille


3
Froide et belle nuit
Lumières scintillantes
Je m'emitouffle

4
La lune se lève, énorme et majestueuse
Au firmament du ciel, elle irradie
Sur la blanche campagne du Paradis
De sa lumière irréelle et pieuse.


5
Le ciel à l'heure bleue
S'illumine de rose. Éclat
D'un soir d'automne.


6
Le ciel, un linceuil sur nos coeurs et nos yeux, a déposé.
La brume du matin a ainsi recouvert nos chagrins et nos pensées.

7
Ciel bleu et nuages cotoneux
L'horizon devant mes yeux verts
Une coccinelle perdue dans mes cheveux
Je formule un voeu pour l'hiver.


8
Tombe la neige à gros flocons. Au sol,
Recouvre d'un épais silence la foret
Tombe, tombe... Chaque pas devient muet
Soudain un manteau de paillettes au vent s'envole

9
 Idole des jeunes et moins...
D'avant et d'aujourd'hui
Oh johnny !
Le chanteur
Elegant et aimé.
Tu es parti
Au pays
Du rock'n roll
Au pays
Du blues
Au pays
Eternel
Des artistes.

10
 Serpent de lumière
Tu glisses sur le bitume
Tantot jaune, tantot rouge
Tu serpentes et ondules
Au grès des reliefs
Tu traces ton chemin
Et brilles de mille feux.


11
Gouttes et vent melés
L'automne, froid, s'est installé.
Seul, je frissonais.

 12
Nuit,
Douceur d'automne
Nuages,
Fils en gouttes
Brume
Sur les hauts sommets.

13
Un soir dans la ville sec et froid
L'eau coule et emporte les histoires
Vers des horizons lointains
En quetes de chaleur et de bonheurs

14
Flocons. Blancs pompons
Douceur ouatée sur le sol
Déposés, semés.

 15
Amitiés
Partages sincères
Vérités
Paroles amères
Difficultés
Comme frères.

16
Repos bienheureux
Fragile instant. Détente.
Je lis et j'écris. 


17
Fondant en douceur
Tu procures du bonheur
Toi, le chocolat.

18
Petit chat joueur
Après un bouchon, tu cours
Félin vif et agile.

19
Dans ma tête tant de choses fourmillent
Que Noël ne m'enchante guère cette année
Qu'il est difficile de se retrouver en famille
Lorsque ses membres sont absents et dispersés...


20
Suaves
Nuages
Voyages
Paysages
Sauvages

21. Jungle rock
Besoin de gaieté
Jungle rock
Rythme endiablé.

22. Soleil froid d'hiver
Arbres dénudés, sans feuilles
Oiseaux visibles.


23
Petit bout...
Petit être grandissant
Les yeux découvrant
Année finissant
Petit bout d'an.
 



24
Avant Noël
Viens petit enfant
Émerveillement
Nouvellement
Tintinabulement...



25 et dernier de ce calendrier de l'avent poétique
Noblement
Ornement
Élément
Luminiscent



 

12 déc. 2017

Les yeux (Texte)







Les yeux

Il était dedans, dans l’intimité
Derrière les rideaux
Caché, à l’abri des cris et du bruit.

J’étais dehors, dans la liberté
Sous les arbres
Allongée, les yeux pétillants et brillants.

Il rêvait dedans, au chaud
Derrière les vitres
Protégé, à l’abri de la pollution et de la population.

J’étais dehors, sous le doux soleil d’été
La brise légère
Libérée, le regard perdu entre ciel et mer.

Mais un chat est passé…
Et nos yeux se sont croisés
Il m’a regardé étrangement
Je l’ai scruté avidement
Je cherchais des réponses
Il se posait des questions
Découverte visuelle…
Miroir interrogateur…
Nos paupières se sont fermées
Nos pensées se sont connectées
La distance s’est évaporée
Le contact, invisible, profond, s’est matérialisé
Comme un fil, une étincelle, un arc-en-ciel
Le yin et le yang
Le noir et le blanc
La clarté et l’obscurité
Comme dans un dessin mystérieux de Moebius
Le chat est repassé…
Le fil s’est rompu
La connivence s’est perdue, disparue
Les corps se sont à nouveau matérialisés, chacun de leur coté
Les regards, à l’opposé, se sont éloignés

Il était dedans, en sécurité
Derrière ses mystères
Retiré de la vie  et de ses surprises.

J’étais dehors, dans l’insouciance,
Dans la gaieté
Avec néanmoins un pincement au cœur de l’avoir laissé, loin du bonheur.

Mimet, décembre 2018
A lire en écoutant la chanson de Eddy Mitchell Couleur menthe à l’eau

Eddy Mitchell - Couleur Menthe a l'eau - YouTube

https://www.youtube.com/watch?v=W43JaufnEIU