17 avr. 2018

Mains (Texte)


Mains

Main, outil de sang pour dire
Agent littéraire de l’écrivain pour sourire
Instrument précieux pour transcrire
Noueuse main apte à décrire.

Rien n’est plus important pour l’écrivain que sa main pour sa pensée et ses émotions écrire.

Mimet, avril 2018, Claudine Mistral
Inspiration : la chanson de Nougaro : Les mains d’une femme dans la farine

Le pianiste (Texte)

Le pianiste

Rien n’est plus beau que ses longs doigts fins qui glissent sur les touches ivoire et ébène d’un piano.
Rien n’est plus beau que ses mains qui dansent en transe sur les arpèges musicaux.
Rien n’est plus beau que ses doigts agiles, légers comme des oiseaux caressant et effleurant les partitions sans peine ni « tremolo ».
Rien n’est plus beau que ses mains exprimant en harmonie noires, blanches ou triolets, s’envolant telles les fleurs des cerisiers dans l’eau.
Rien n’est plus beau que ce pianiste tout entier voué à la musique, le corps tendu, concentrant toute son énergie dans ses phalanges sveltes et délicates.
Rien n’est plus beau.

Mimet, avril 2018

Claudine Mistral


Inspiration : la chanson de Nougaro : Les mains d’une femme dans la farine


Dans les jardins (Texte)


Dans les jardins

Dans les petits jardins, rien n’est plus beau
Que les fleurs des cerisiers au matin
Les feuilles, rousses et grises, sous le râteau
Glissent et s’envoleront dans le lointain
Les jardiniers toujours bien matinaux
Dansent entre les fleurs tels des paladins
Agiles comme de silencieux oiseaux
Ils dessinent les jardins de leurs mains.

Mimet, avril 2018
Claudine Mistral

Inspiration : la chanson de Nougaro : Les mains d’une femme dans la farine



Histoire farfelue (Texte)


Histoire farfelue

J’ai pris ma louche magique et j’ai prononcé les fameux mots que Merlin m’avaient enseigné : « Cat on dog and dog on cat ! ». La louche grandit instantanément et je bondis dessus comme Harry Potter sur son balai.
Au début, je n’étais pas très à l’aise mais au bout de quelques minutes, je voyageais dans les nuages au milieu des oiseaux éberlués.
Bientôt j’aperçus l’ile de Pâques avec ses immenses statues en chocolat noir et au lait. Des lapins couraient dans tous les sens dans les hautes herbes aux tiges blanches et cacaotées. Le soleil était heureusement froid et rien ne fondait. Le vent ballotait l’herbe dévoilant de jolis œufs colorés cachés de-ci de-là.
Je descendis vers le sol, atterrit et m’approchai d’une statue de chocolat noir en partie détruite. Elle m’interpella néanmoins :
« — Bonjour, pourquoi es-tu venue ici ?
  Pour vous grignoter bien sûr ! lui répondis-je.
   Mais c’est inadmissible ! inadmissible ! » cria plusieurs fois la statue outrée.
Tout à coup, j’ouvris les yeux au son strident d’une alarme et je me retrouvai dans ce fichu labyrinthe morte de faim.
Pour mes élèves, avril 2018
Claudine Mistral

15 avr. 2018

Le palais du Pharo à Marseille



Le palais du Pharo fut construit par Napoléon III pour sa femme, il devint la première faculté de médecine et pharmacie de Marseille.
Il est désormais doté d'un auditorium sous la pelouse sur laquelle sont installées des pièces du sculpteur Bernard Vernet.